Pratiques énergétiques multi-dimensionnelles

2/ Cycle d’ateliers « Pratiques énergétiques multi-dimensionnelles » – par Cathy

Tout d’abord, quelques questions-réponses pour mieux comprendre…

Qu’est ce que la multi-dimensionnalité ?

La multi-dimensionnalité nous confronte avec la question de la dimension. C’est un terme que l’on entend régulièrement : en effet, dans les évolutions spirituelles actuelles nous passons de la dimension 3D qui est linéaire à la dimension 5D, qui nous fait accéder à la multi-dimensionnalité.

En passant d’un repère de 3 dimensions à 5 dimensions, d’un point de vue mathématiques, il est possible de superposer des plans spatiaux alignés sur un même temps, ou de plusieurs plans temporels se rejoignant sur un même axe.

Cela nous fait comprendre que ce que nous voyons d’un point de vue linéaire dans un temps donné peut se manifester différemment dans un autre espace-temps et influer sur notre temporalité.

La multi-dimensionnalité remet en perspective beaucoup d’acquis, et entre autre le karma* linéaire.

Cela vient remettre en question la conception linéaire du temps, telle qu’on a appris à la concevoir depuis notre enfance, selon laquelle notre passé influe sur notre présent, à partir duquel on va construire notre avenir.

La multidimensionnalité nous place dans un contexte où, à partir de mon présent, je peux non seulement agir simultanément sur mon passé et mon futur, mais aussi sur des espaces-temps et des dimensions qui me sont rattachés – et qui ont aussi une influence sur moi.

En soin énergétique, en travaillant une mémoire karmique ayant une influence sur moi, je peux la transformer. Cela va par voie de conséquence immédiatement transformer mon présent. Cependant, en ouvrant le champ à la multidimensionnalité, cela va aussi permettre de transformer un certain nombre de dimensions qui lui sont associées.

Pourquoi est-il important aujourd’hui de parler de multi-dimensionnalité ?

Aujourd’hui, alors que l’on est entré dans l’ère du Verseau, tout va très vite dans l’expansion des énergies et dans les transformations actuelles. De ce fait, on ne peut plus agir uniquement sur un plan linéaire, car cette dimension est très lente.

Prendre en compte la multi-dimensionnalité c’est permettre d’agir beaucoup plus vite, et sur des plans beaucoup plus vastes…

D’un point de vue spirituel nous sommes une essence divine, qu’en tant qu’humain nous sommes venus incarner.

Notre but spirituel ultime est donc d’incarner notre divin.

Or, le divin fonctionne en réseau lumineux, avec de nombreuses branches interreliées. Cela signifie que plus nous incarnons notre divin, plus nous ressentons l’interconnexion établie entre nous tous.

Lorsque nous travaillons sur nous et à notre incarnation nous réalisons des transformations que nous incarnons, et en prime, nous les transmettons à tout ce qui est rattaché à notre essence divine, à tout notre réseau ! – Nous réalisons alors le principe de l’interconnexion du vivant, et de la co-responsabilité.

Si on prend conscience de ces responsabilités-là d’un point de vuemulti-dimensionnel, on fait bouger les choses beaucoup plus vite. En nous d’abord, mais aussi autour de nous.

Aujourd’hui, en termes de soins énergétiques, il est donc beaucoup plus efficace de travailler en multi-dimensionnalité, au-delà même de la personne. C’est une approche qui va servir à la personne qui reçoit le soin de manière plus forte et plus rapide et à l’évolution des humains au sens large.

Pourquoi axer les nouveaux ateliers de Cathy (anciennement « Pratiques énergétiques intuitives ») sur la multi-dimensionnalité ?

Parce que tout évolue, et les énergies actuelles nous demandent encore plus aujourd’hui à appréhender les ateliers comme les soins énergétiques dans une perspective différente.

Le karma par exemple – peut importe ce qu’on traite : si à un moment donné il y a une mémoire qui émane d’une personne et qui a besoin d’être transformée, il peut y avoir plusieurs cas de figures :

1 / cette mémoire peut lui être propre, donc dite « karmique ».

2/ elle peut être associée à lui parce qu’elle appartient à son essence divine, sur une branche particulière du divin à laquelle son âme est rattachée et où il y a à travailler cette mémoire. Dans ce cas la mémoire ne lui est pas propre en temps qu’âme.

3/ Une âme peut également « emprunter » une mémoire terrestre, qui est en miroir avec elle, et qui doit être travaillée pour son avancée – et pour une avancée collective aussi.

Il est de ce fait limitant de prendre un champ unique, où on ne travaille que le karma propre.

Nous avons une multitudes de mémoires qui interviennent sur nos champs, et qui peuvent venir de multiples dimensionnalités. L’important n’est pas tant de comprendre d’où elles proviennent dans le détail mais de trouver les clés de guérison pour Soi et plus grand que Soi.

Est-ce qu’on peut avoir des exemples de multi-dimensionnalité ?

Au niveau des soins énergétiques à réaliser, tout ce qui est rattaché à la personne, qui lui est propre ou qui est une extension, peut être considéré comme une dimension particulière à travailler en lui. Voici quelques exemples de différentes dimensions possibles : la petite enfance, l’in-utéro, le transgénérationnel ; les archétypes, féminin sacré et masculin sacré ; les dimensions extra-terrestre, ou intra-terrestre ; les mémoires rattachées à notre divin (et non pas notre âme) ;

ainsi que tous les parasitages qui, quelque part, nous servent à aller voir nos failles pour les transformer, peuvent représenter une dimension également.

Jusqu’où peut-on aller avec la multi-dimensionnalité ? Cela ne peut-il pas nous confronter à une sorte de folie ?

Accueillir la multi-dimensionnalité ébranle le mental au début. En effet, celui-ci voit les choses de manière linéaire et peut avoir des difficultés à appréhender le fait qu’en travaillant sur une mémoire particulière, cela puisse avoir des répercussions à l’autre bout de la Terre, ou sur des choses qui se passent en haut, en bas, sur le passé, sur le futur, ou sur une catégorie d’âmes en particulier.

C’est quelque chose que chacun accueillera à sa mesure, parfois tout doucement – mais il est important de toujours savoir rester centré.

La folie arrive lorsque nous perdons pied, lorsque nous ne sommes plus dans notre centre.

Reprenons l’exemple mathématique : à partir du moment ou on est dans un repère multi-dimensionnel, il y a toujours un centre.

Lorsque je suis dans mon centre, je suis en observateur de ce qui se passe, et j’accède ainsi à différentes mémoires rattachées à moi. Néanmoins, je reste dans l’ici et maintenant dans mon centre et ne vais pas m’excentrer vers ces mémoires. La folie est une dérive, comme un ballon qui serait lâché, qui ne serait plus rattaché à son socle. Ainsi l’esprit étant parti à la dérive, n’est plus connecté à son centre, qui est le guide/point de repère lui permettant d’observer ces différentes dimensions sans perdre la raison.

Pour moi, la folie n’est pas une dimension en elle-même, mais plutôt une perte de centre.

Quant-aux dérives, comme les drogues – c’est de la même manière, une dérive de notre centre.

Ces dérives de notre centre vont nous amener à avoir une observation déviée, plutôt qu’une observation centrée.

– Comment s’organisera ce cycle d’ateliers ?

Ce cycle d’ateliers nous permettra d’entrer dans la multi-dimensionnalité à travers soi et le travail en soin énergétique sur l’autre. Les bases du travail énergétique dans la multi-dimensionnalité seront expliquées et travaillées lors du 1er atelier et rappelées dans les suivants.

L’accès à la multi-dimensionnalité et le travail énergétique ne sont pas des « outils » mais une ouverture de cœur et de conscience qui nous amène et amène l’autre à se révéler dans sa lumière, dans une volonté d’harmonie intérieure et extérieure.

Chaque atelier ouvrira des portes et nous révélera notre potentiel d’alchimiste à travers les soins de manière simple, par le cœur et toujours avec un ancrage profond en Terre.

D’un point de vue pratique, chaque atelier comprendra une partie explicative et une méditation d’intégration, mais laissera la plus grande place aux soins énergétiques qui seront réalisés par chaque participant.

Dates des ateliers :

Atelier 1 – samedi 8 octobre 14h30-18h : Bases de la multidimensionnalité / connexions, nettoyages et déparasitages

Atelier 2 dimanche 6 novembre 9h30-13h  : Mémoires karmiques propres, empruntées, terrestres

Atelier 3 samedi 3 décembre 14h30-18h30 :Mémoires transgénérationnelles : que vient nous révéler notre famille

Atelier 4 samedi 7 janvier 9h30-13h : L’In Utéro. La dimension des nos structures

Atelier 5 samedi 4 février 9h30-13h : De l’enfant intérieur à l’enfant Divin

Atelier 6 samedi 4 mars 9h30-13h : Mémoires intraterrestres et extraterrestres

Atelier 7 samedi 1er avril 9h30-13h :Féminin/Masculin et Sacré

Atelier 8samedi 13 mai 9h30-13h :Les Archétypes

Atelier 9 samedi 3 juin 9h30-13h :Autres dimensions – jusqu’où peut-on aller ?

Chaque atelier a un coût de 40 € – durée 3H30 Ils auront lieu sur place à Lesquin ou via Skype. Si vous souhaitez participer à certains ateliers en particulier et non tout le cycle, c’est possible au cas par cas. Pour cela, veuillez contacter Cathy au préalable.

Pour vous inscrire, contactez-nous par tel au 06.23.68.74.06 ou au 06.58.69.32.10, ou par e-mail sur ateliers.soamtriskel@gmail.com. Les places sont limitées, n’hésitez pas à réserver rapidement si vous êtes intéressés !